Se connecter
Développement des compétences

Les soft-skills : 5 raisons de former vos collaborateurs dès maintenant !

D’après une enquête menée par Robert Half, 52% des DRH accordent autant d’importance, voire davantage, aux soft skills qu’aux hard skills. La culture du diplôme laisse doucement la place à l’intérêt porté à la personnalité et au potentiel des candidats et des salariés. On assiste à un vrai changement de paradigme qui impacte tout le processus RH : du recrutement à la gestion des compétences. Mais au fond, en quoi est-ce si important de miser sur le développement des soft-skills, le fameux savoir-être, des collaborateurs ?

S’adapter dans un environnement de plus en plus complexe

La digitalisation, les nouvelles formes d’organisation transverses et l’échange instantané et mondialisé d’information font trembler la rigidité du travail en silos, séquentiel et pyramidal. Et ce n’est que le début ! Pour accompagner ces changements, les entreprises ont besoin de personnes avec une forte capacité d’adaptation et d’apprentissage face à des situations complexes et de nouveaux environnements. J’ai découvert une notion qui résume pas mal l’équilibre entre flexibilité et agilité :  la “réflexivité”, un néologisme créé par Juliette Fronty, Responsable adjointe de la chaire leadership de l’EDHEC. En gros, l’avenir appartient à ceux qui apprendront à être débrouillards !

Préparer les salariés à l’arrivée de l’intelligence artificielle

Selon une étude Bruegel, plus de 47% des métiers actuels en Europe sont menacés d’automatisation et 60% des emplois de 2030 n’existeraient pas encore. L’intelligence artificielle, notamment, est en train de bouleverser le marché du travail. « Ce qui est nouveau, contrairement aux révolutions technologiques précédentes, c’est que des métiers très qualifiés vont être concernés« , indique Salima Benhamou, chez France Stratégie (pour Les Echos). Face à l’obsolescence des compétences techniques, l’intelligence émotionnelle et relationnelle ainsi que la créativité deviennent des outils indispensables pour se démarquer et créer de la valeur. Un outil essentiel pour valoriser l’employabilité des salariés (voir article sur le sujet).

Faire face à la pénurie de talents

D’ici à 2030, la France pourrait manquer de 1,5 million de salariés dont les compétences correspondent aux besoins des entreprises (cabinet Korn Ferry). Il est urgent de mettre en place une démarche d’attractivité des candidats… mais surtout de fidélisation de vos talents stratégiques. En effet, pour Pascal Gibert, directeur général de Korn Ferry France, « avoir les bonnes personnes aux bons endroits et aux bons moments est le principal avantage compétitif pour une organisation ». Pour cela, misez sur le potentiel de vos salariés et accompagnez-les dans leur développement personnel en proposant des formations en compétences socio-émotionnelles et comportementales : communication, adaptation, gestion des émotions, coaching, empathie…Cette confiance en leurs capacités est un gage de loyauté et de motivation !

Valoriser sa marque employeur auprès des jeunes générations

Les Millenials (50% de la population active en 2020) ont des attentes très exigeantes envers leur employeur : un fort besoin de transparence, de sincérité et surtout d’honnêteté selon l’enquête Deloitte Millennial Survey 2016. 52% des candidats estiment que la réputation de l’entreprise est un critère décisif avant de postuler. Ce paramètre en tête, les valeurs ne doivent pas être simplement inscrites sur un tableau poussiéreux … mais se “vivre” au sein de l’organisation. Pour cela, les managers jouent un rôle clé à condition de se transformer en « servant leaders« , en coach, à l’écoute de leurs équipes ! La PNL, la Programmation Neuro-linguistique, peut être un outil intéressant pour développer des pratiques de leadership bienveillant.

Rester compétitif et performant dans un environnement concurrentiel

Si l’automatisation favorise la productivité des tâches, la motivation des salariés est aussi un levier de productivité… mais plus complexe. Un des moteurs principaux est la reconnaissance : les employés sont 50% plus productifs quand leurs managers sont reconnaissants selon l’Anact. Celle-ci passe par le feedback, l’autonomie, l’échange de compétences… Or pour 54% des décideurs RH, les politiques de reconnaissance sont insatisfaisantes. Il est possible d’innover en proposant des formations à la carte sur des thématiques ciblées autour de la bienveillance, de l’écoute active, du feed-back ou du leadership. Axa a récemment ajouté à son catalogue de formation la Psychologie positive : enseignée à Harvard par Tal Ben-Shahar , cette approche permet de comprendre les émotions positives et les motivations individuelles de chacun afin d’en faire un moteur d’engagement.

 

Julien Bouret, co-auteur de l’ouvrage Le Réflexe Soft Skills (éditions Dunod) me permet de conclure cet article : « les Soft skills ne sont pas opposées aux hard skills, elles viennent les sublimer » (extrait de l’interview du JDN).

C’est vraiment notre mission chez Yuco : proposer un large panel de formations pour accompagner collaborateurs et managers dans leur développement personnel et professionnel afin de bien vivre les transformations actuelles et futures.

#trusthuman #futureofwork

 

Laure Girardot

Recevoir la newsletter RH