Culture & Organisation

[Debrief RH] Managers, changez de casquette !

L’ explosion du nombre de start-up, l’émergence de nouveaux modèles organisationnels inspirés des GAFA, la digitalisation galopante de la société ou encore l’arrivée sur le marché du travail des Millennials40 % de la population active en 2018, 50% en 2020 – bousculent considérablement le rôle des managers au sein des entreprises.

CEO : du Chief Executive Officer au Chief Experience Officer

Quand on parle du nouveau rôle des managers, c’est toute la ligne hiérarchique qui s’ajuste : du CEO jusqu’aux managers de proximité, les N-1.

Pour faire simple : dans les organisations classiques dites verticales, le CEO donne les directives fondées sur une stratégie. Son enjeu : la « cascader » auprès de toutes les strates de l’entreprise en s’appuyant sur ses N-1. Les middle managers ont donc des objectifs opérationnels et leurs leviers de performance reposent essentiellement sur un style de management directif… parfois participatif.

Aujourd’hui, le CEO devient un leader charismatique à la fois inspirant et visionnaire d’une organisation plus matricielle et flexible. Quant au manager opérationnel, d’encadrant, il devient animateur d’une communauté de collaborateurs qu’il doit fédérer à coup d’inspiration et de sens.

L’entreprise a une responsabilité plus sociétale : porter des objectifs louables et être créatrice de valeur pour la collectivité.

Le CEO doit incarner la mission de son entreprise en mettant en place des actions concrètes en interne, et, en externe, au sein de la « cité » via une empreinte positive (association, fondation…). C’est un levier d’appartenance clé pour les Millenials : 56 % d’entre eux refuseraient une collaboration avec un employeur en raison de ses valeurs (Enquête de Etude Deloitte The Millennial Survey en 2016).

Manager : du chef au coach

Acteurs clés de l’innovation, les managers sont des facilitateurs libérant le potentiel de chaque individu. Une tendance en phase avec ce qu’ affirmait Steve Jobs « It doesn’t make sense to hire smart people and then tell them what to do; we hire smart people so they can tell us what to do ». Libérer les initiatives est une attente forte des GEN Y : 63 % estiment que leurs compétences en termes de leadership ne sont pas suffisamment développées. (Enquête de Etude Deloitte The Millennial Survey en 2016).

La qualité de vie au travail est devenue le critère incontournable pour devenir une entreprise performante et attractive. Un management bienveillant en est une composante essentielle.

Quelle relation entre managers et collaborateurs? Elle doit être fondée sur le respect, la transparence et l’écoute. Ainsi, le manager 3.0 est à la fois RH, leader et coach car, selon Jacob Morgan, il serait le garant de « l’expérience collaborateur ». Durant « toute la durée d’activité de l’employé dans l’entreprise », il doit l’accompagner dans son parcours professionnel. Un must have pour construire une marque employeur solide et attirer les nouveaux talents.

CEO et Managers, il est temps de vous racheter une casquette avant d’être has been

On observe que deux modèles coexistent au sein des grands groupes générant quelques tensions d’ajustement. L’enjeu majeur est d’accompagner les managers dans leurs nouvelles prérogatives. Comment ? En mettant le capital humain au centre des enjeux ainsi qu’ en s’ appuyant sur des formations autour des soft-skills, les compétences du savoir-être : l’empathie, la bienveillance, la communication non-violente

Yuco accompagne déjà les dirigeants et les managers avec plus de 80 formations liées au développement personnel et aux savoir-être : intelligence émotionnelle, PNL, prise de parole, gestion du stress.

Pour mieux comprendre l’impact de la nouvelle génération sur le management et le recrutement, regardez le webinarComment attirer et fidéliser les jeunes talents?

 

Laure Girardot