Se connecter
Culture & Organisation

Télétravail en équipe : 5 points clés pour garder le lien malgré la distance !

Les salariés français n’ont pas attendu la mise en vigueur de l’ordonnance 2017-1387 sur l’encadrement du télétravail pour le plébisciter : en 2017, 65% des personnes travaillant dans un bureau étaient intéressées et aujourd’hui 25% le pratiquent déjà (Ipsos). Si c’est une source indéniable de flexibilité, d’équilibre entre vie professionnelle et personnelle ainsi qu’un élément cardinal de la qualité de vie au travail, mal cadré et sans réflexion collective, les pratiques de télétravail peuvent vite perturber le travail collectif et entraver la bonne cohésion d’équipe. Les salariés interrogés par Ipsos l’admettent eux-mêmes : “le télétravail peut limiter les relations entre collègues (44%)”.

Sa mise en place doit être organisée et collectivement partagée afin de proposer des solutions organisationnelles et des pratiques managériales capables de maintenir le lien et la dynamique collective.

Posez un cadre clair et partagé

Les ordonnances signées en février 2018 ont levé les derniers freins administratifs du télétravail :  il n’est plus obligatoire d’obtenir un accord d’entreprise et un avenant au contrat de travail. Néanmoins, pour éviter malentendus et conflits au sein des équipes, s’appuyer sur une charte dédiée qui détaille à la fois le processus, les valeurs et les responsabilités de chacun est essentiel. Les salariés comme les managers doivent partager un nouvelle culture du travail : sortir du contrôle et du présentéisme pour s’orienter vers une collaboration de confiance. Une micro-révolution quand on sait que  4 français sur 10 ont l’impression de passer plus de temps à rendre des comptes qu’à travailler. Le télétravail est une vraie opportunité de renouveler les relations de travail :  Cadremploi et Michael Page ont mené une étude sur les rapports entre managers/managés et parmi les axes d’amélioration, le manque d’autonomie arrive en premier (68% n’en disposent pas assez).

Co-construire une nouvelle manière de communiquer

Rien de pire que “l’effet tunnel” pour le manager comme pour le collaborateur. Source de tension ASSURÉE et sujet aux pires interprétations du genre “je suis sur qu’il est encore au lit !”.  Les journées télétravaillées doivent donc être préparées afin de bien définir les livrables à réaliser et proposer des points téléphoniques – ou autres-  pour limiter les blocages à la réalisation d’une tâche, faciliter l’accès à l’information et, justement, communiquer sur l’avancement. Lors d’une rencontre sur le sujet du télétravail pour Welcome to the jungle, Xavier de Mazenod, fondateur du média Zevillage, acteur clé dans les nouvelles formes du travail flexible souligne “l’impératif de rester disponible pour ses collègues dans la mesure du possible et de chercher à garder contact.”

Appuyez-vous sur des outils collaboratifs

Pour garder contact et entretenir une  communication fluide, justement, la technique ne doit être un frein. Il faut investir dans de bons outils afin de rester en contact malgré la distance. Les plus connus sont Slack, Hangout, Skype ; des outils très efficaces pour s’appeler simplement, partager son écran ou faire des visio-conférences. Certaines entreprises disposent des plateformes collaboratives ou de RSE (Réseau social entreprise) type Workplace : pourquoi ne pas créer un “groupe” de discussion privé et dédié pour mieux collaborer lors des journées de travail à distance. D’autres outils peuvent être pertinent pour la gestion de projet comme Trello ou Doodle pour organiser des meetings si vous n’avez pas accès à l’agenda de tous les acteurs d’un projet.

Innovez sur les formats de télétravail

Non, le télétravail n’est pas forcément pratiqué seul en jogging – et pas forcément lavé – sur le canapé… même si le risque de perte du lien social est cité par 65% des personnes (Étude Malakoff Médéric). D’après Anne-Sophie Godon, directrice innovation chez Malakoff Médéric “le télétravail doit s’inscrire dans un équilibre entre une présence […] sur le lieu de travail avec ses collègues, et un télétravail à distance« . En effet, les moments à distance peuvent être consacrés au “deep work” comme le nomme Laetitia Vitaud c’est-à-dire les tâches qui demandent une concentration forte. Près de 9 télétravailleurs sur 10 estiment d’ailleurs gagner en efficacité (selon la même étude) et leur productivité augmenterait jusqu’à 22%. A contrario, le télétravail peut aussi être le moyen de renforcer le lien entre collègues grâce au cohoming : travailler à plusieurs chez une des personnes de l’équipe. On peut même en faire un levier d’innovation collective :  de plus en plus d’entreprises encouragent les télétravailleurs à tenter l’expérience des “tiers-lieux”,  espaces collaboratifs hybrides (fablab, coworking, incubateurs…) où différentes communautés (start-up, indépendants, salariés…) se croisent en créant des synergies étonnantes. Déjà un quart des actifs travaillant au bureau utilisent ponctuellement des tiers-lieux (L’observatoire Actineo).

Renforcez le sentiment d’appartenance avec des moments de cohésion

Malgré tous les outils et une bonne organisation à distance, notre instinct grégaire prévaut… rien ne vaut une rencontre en “live”. Et le télétravail décuple cette nécessité de se rencontrer mais plus n’importe comment : les salariés veulent plus de “quality time”.  Cela passe par deux facteurs : d’abord, par un lieu de travail qui favorise la collaboration et les espaces de partage, plus de 9 actifs sur 10 travaillant au bureau estiment que le lieu joue un rôle central pour leur bien-être (95%, L’observatoire Actineo), puis, par des activités qui fédèrent et tissent le sentiment d’appartenance. On ne parle pas ici de la revue d’activités du lundi matin ou de la simple pause café mais d’activités sportives ou artistiques où l’on partage des émotions. Les créateurs de CYD  ont “hacké” la pratique sportive pour faire vivre des expériences inspirantes au sein des entreprises : bootcamp, coaching, talk inspirants. BHV Le Marais, par exemple, propose du pilates et des cours de gym à ses employés pour profiter des pauses différemment.

Yuco propose à ses clients un large panel d’activités autour du sport (yoga,  gym, cardio, bootcamp, crossfit capoeira…) mais aussi de l’art (chorale, littérature, peinture, Tango…). Via une simple application, les salariés peuvent s’inscrire et créer leurs propres groupes de pratique.

 

Laure Girardot

Recevoir la newsletter RH